MARCHE DE DENONCIATION : Les manifestants dispersés à Ouagadougou par la police

La marche de dénonciation, organisée par l’Unité d’action populaire (UAP), regroupant des syndicats et des Organisations de la société civile (OSC), a été dispersée, ce  lundi 16 septembre 2019 à Ouagadougou par la police nationale à coup de gaz lacrymogène.


A peine les marcheurs ont entamé leur mouvement qui devrait leur permettre de parcourir certaines artères de la capitale burkinabè, avant de rallier la Bourse de travail de Ouagadougou pour un meeting, qu’ils ont été bloqués par un dispositif sécuritaire.

C’est donc à queue de poisson que la marche qui devrait précéder le meeting a pris fin.

Néanmoins, les manifestants avec à leur têtes des leaders syndicaux et d’OSC ont pu tenir le meeting à la Bourse de travail.

La marche de ce 16 septembre 2019 avait été déclarée non conforme aux textes par le gouvernement et n’a pas été autorisée  par la mairie de Ouagadougou, mais considérée comme légale et ayant respecté tous les textes légaux par les organisateurs.

La manifestation qui devait se tenir en même qu’une journée de grève générale sur toute l’étendue du territoire nationale, est organisée par plusieurs structures syndicales et de la société civile.

Ces organisations attendaient ainsi dénoncer, entre autres,  la situation nationale au Burkina Faso caractérisée par la persistance et la violence des attaques terroristes, les menaces et les assassinats, la violation des libertés démocratiques et syndicales, le non-respect des engagements pris par le gouvernement vis-à-vis des partenaires sociaux.

Alex Lebon KANY