MORT D’UN SOLDAT BURKINABÈ AU MALI: Que de vives émotions au cimetière de Gounghin

915 vues au total, 2 vues ce jour

Le soldat burkinabé de 1ere classe Somé Pouebepeor décédé le 13 juillet dernier au Nord du Mali a été conduit à sa dernière demeure dans l’après-midi du 23 juillet 2018. Rapatrié dans l’après-midi à 14 heures en terre burkinabé, le corps de celui qui est tombé les armes à la main dans la lutte contre l’insécurité et le terrorisme au Mali dans le cadre des opérations de maintien de la paix a été mis en terre au cimetière municipal de Gounghin. Fortes émotions, tristesse et consternation s’emparaient des lieux où des proches et parents  de la victime se montraient inconsolables. Né le 5 janvier 1990, Somé Pouebepeor a été enrôlé dans l’armée en 2008, puis affecté à l’issue de sa formation au Groupement centrale des armées. Celui dont le Burkina Faso pleure la mort a été décoré à titre posthume et aurait bénéficié de plusieurs distinctions pour de loyaux services déjà rendus à la Nation. Embarqué pour la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au (Mali MINUSMA) en 2017, précisément dans la mission conjointe Badenya 2, le soldat de la 1ere classe Somé  Pouebepeor est décédé le vendredi 13 juillet aux environs de 17H30, au cours d’une patrouille du bataillon burkinabè « Gondaal 3 » déployé au sein de la Minusma.

Cet accident qui a eu lieu à 15 km au nord de Markala sur l’axe Ségou-Diabaly, a fait  six blessés dont trois évacués à l’hôpital de niveau 3 de Dakar, selon des sources militaires. A l’oraison funèbre, précédée des honneurs militaires, l’on retiendra de ce jeune homme de 28 ans, la bravoure, le respect et l’amour de servir son pays. Il laisse derrière lui un enfant. Des frères d’armes, des promotionnaires, des autorités militaires, administratives et politiques étaient sur les lieux pour rendre un dernier hommage au soldat

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a été créée par la résolution 2100 du Conseil de sécurité, du 25 avril 2013, pour appuyer le processus politique dans ce pays et effectuer un certain nombre de tâches d’ordre sécuritaire. Le Conseil de sécurité a demandé à la MINUSMA d’aider les autorités de transition maliennes à stabiliser le pays et à appliquer la feuille de route pour la transition.

Zoewenbala DIPAMA