SOMMET CEDEAO A OUAGA: Le terrorisme a atteint un niveau très alarmant, selon le président Kaboré

Le président du Faso, président en exercice du G5 Sahel, Roch Marc Christian Kaboré a déclaré samedi 14 septembre 2019 à Ouagadougou, qu’«au cours des six derniers mois, les conséquences des attaques terroristes ont atteint un niveau très alarmant». Il s’exprimait à l’ouverture du sommet extraordinaire de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).


La lutte contre le terrorisme était au cœur de la conférence extraordinaire de la CEDEAO, tenue le 14 septembre 2019 à Ouagadougou. Dans son discours d’ouverture, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré a relevé que «les menaces directes ou indirectes transcendent les frontières». Il a ajouté que «désormais nous sommes tous exposés et aucun pays n’est à l’abri d’attaques terroristes».

A en croire le chef de l’Etat burkinabè, «l’escalade de la violence et de l’insécurité ont déclenché une crise humanitaire sans précédent, faisant plusieurs millions de déplacés internes, de nombreuses victimes militaires et civiles, des écoles et infrastructures de santé fermées et des symboles de l’Etat détruits».

C’est à juste titre que Roch Marc Christian Kaboré estime qu’au regard de la situation et de sa complexité, la coopération entre Etats ne se pose pas en termes de devoir de solidarité, mais bien plus comme un impératif d’intérêt commun.

«C’est pourquoi nos Etats doivent mutualiser leurs moyens humains, matériels et de renseignement, équiper et former nos Forces de défense et de sécurité pour renforcer leur capacité opérationnelle dans le combat qu’elles mènent contre ce fléau en Afrique de l’ouest», a-t-il argumenté.

La session extraordinaire de la conférence des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEDEAO se tient à  Ouagadougou autour du thème de la lutte contre le terrorisme. Il s’agit d’une recommandation de la dernière session ordinaire de la conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO, tenue le 29 juin dernier à Abuja au Nigéria.

En plus de la quinzaine de présidents de pays membres de la CEDEAO, la rencontre a regroupé le chef de l’Etat mauritanien Mohamed Ould Ghazouani et son homologue tchadien Idriss Déby.

 L’on a également noté, entre autres, la présence du président de la commission de l’Union africaine (UA), Moussa Faki Mahamat, du président de la commission de la CEDEAO, Jean-Claude Kassi Brou et du représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’ouest et du sahel, Dr Ibn Chambas.

Théophane KASSI